Les semeurs

De 2000 à 2010, Les semeurs créent des spectacles danse et théâtre où ce qui se cherche est une tension entre corps et mots. La compagnie est durant cette période dans la configuration classique d’une chorégraphe qui monte des spectacles.

Après Je suis morte, Isabelle Esposito chorégraphe de la compagnie, rencontre Miriame Chamekh, Igor Galabovski, Thierry Lachkar, trois artistes qui travaillent à la lisière de la danse et de l’image. Le nom de la compagnie prend alors tout son sens. D’un travail d’une chorégraphe esseulée naît une dynamique de travail en commun.

Le projet artistique La sombre sautillante, tentative d’inventer un corps féminin burlesque naît dans la foulée. Entre 2010 et 2013 Les semeurs sculptent ce corps sur scène, le plongent dans la ville, le filment.

Avec La star, continuation du projet La sombre sautillante, de nouveaux horizons s’ouvrent pour Les semeurs, celui de la danse, des arts plastiques et d’un travail in-situ dans la ville.